Skip to main content

Ernest Mandel - Nationalité et lutte de classe en Belgique 1958 - 1973

un recueil d'articles choisis et commentes par Gertjan Desmet et Hendrik Patroons
Price
€15.00

Ernest Mandel - Nationalité et lutte de classe en Belgique 1958 - 1973

Les marxistes francophones en Belgique seront peut-être surpris : le dirigeant trotskiste Ernest Mandel (1923-1995) était un flamingant, et cela dans le sens originel et objectif du terme: quelqu’un qui, selon le Petit Robert, « prône en matière politique, culturelle et linguistique la limitation de l’influence de la minorité francophone ». Et, plus exactement, quelqu’un qui prend la défense des aspirations légitimes des Flamands, longtemps bafoués par la bourgeoisie et l’establishment politique belges.1

Un militant flamingant

Voilà un premier élément qui ressort du corpus d’articles du dirigeant de la Quatrième Internationale que j’ai rassemblé en 2014, en collaboration avec Gertjan Desmet, et dont la version française vient de paraître sous le titre Ernest Mandel, Nationalité et Lutte de Classe en Belgique 1958-1973 (Amsterdam 2015).2 Mais ce recueil n’est pas circonscrit au flamingantisme d’Ernest Mandel : il montre l’effort théorique et pratique que celui-ci développa pour intégrer la question nationale flamande et la lutte du mouvement wallon dans une stratégie anticapitaliste. Mandel a été, au sein de la gauche en Belgique, le seul à le faire, enrichissant ainsi le marxisme révolutionnaire car la question nationale a donné et donne toujours du fil à retordre au mouvement socialiste.

Gertjan Desmet, historien aux Archives du Royaume, a mis à jour deux articles d’Ernest Mandel jeune (il venait de fêter son 16e anniversaire en 1939), dans lesquels il défend, en tant que militant du Parti révolutionnaire socialiste d’Anvers, les aspirations flamandes, aspirations qui, selon Desmet, concerneront Mandel sa vie durant. Dans un de ces articles, Mandel prend la défense d’un certain Dr. Martens, un « activiste », c’est-à-dire quelqu’un, qui pendant l’occupation de 14-18, entendait profiter de la prétendue politique pro-flamande de l’occupant (la Flamenpolitik) pour promouvoir l’émancipation culturelle et politique des Flamands. De retour d’exil aux Pays-Bas, Martens fut élu à la nouvelle Académie de Médecine Flamande, soulevant un tollé du côté des « patriotes » tant de droite que de gauche. Le jeune Mandel explique que, au regard de la légitimité des aspirations flamandes, on ne peut, d’un point de vue marxiste, accuser ce médecin flamingant d’être traitre à la patrie, la « patrie » étant bourgeoise.

La formation sociale belge

Le recueil présente une analyse de la formation sociale de la Belgique, État né en 1830, dominé par une infime minorité bourgeoise et aristocratique de culture française, et qui, contrairement à la politique linguistique jacobine française, n’interdisait pas les parlers régionaux. Rien ne fut toutefois fait pour donner à la majorité de la population du nord la possibilité de s’instruire, ni en rendant possible l’apprentissage du français et moins encore en créant des écoles secondaires ou universitaires de langue flamande. La Flandre devint ainsi économiquement et culturellement la partie sous-développée et méprisée du pays.

Le mouvement flamand né vers 1840, était dirigé principalement par la petite bourgeoisie dans ses différentes composantes idéologiques. À l’origine favorable à l’existence de la Belgique en tant que nation, il redoutait une possible annexion par la France qui aurait eu des conséquences plus néfastes encore pour les Flamands. Ce n’est que plus tard, après que le mouvement socialiste a refusé de prendre une position claire et univoque sur la question flamande, que le mouvement tombe sous l’influence du bas-clergé, puis, après la Grande Guerre, sous celle des nationalistes flamands et de l’extrême-droite. Mandel n’hésite pas à souligner la responsabilité du mouvement ouvrier socialiste dans cette dérive du mouvement flamand. Remarquons aussi que la naissance du mouvement ouvrier chrétien, majoritaire en Flandre et à l’origine antisocialiste, a été également favorisée par l’attitude des socialistes partageant l’anticléricalisme libéral à l’encontre du flamingantisme. Le refus du bilinguisme en Wallonie par les francophones et une partie du mouvement ouvrier wallon, qui cependant exigeaient le maintien du bilinguisme en Flandre, a finalement contribué au développement anti-belge du mouvement flamand.

Invoquant la thèse du « développement inégal et combiné » Mandel démontre que, lorsqu’une oppression nationale va de pair avec un développement économique inégal, la formation d’une nation (belge dans notre cas) devint problématique. Ce développement inégal est toutefois plein de surprises. Si, par exemple, l’unification de la classe ouvrière en Wallonie, région caractérisée jusque dans les années 1870 par un vieux localisme et, malgré les luttes ouvrières, par un vide politique, posa beaucoup de problèmes aux débuts de l’essor industriel, c’est en Flandre et précisément à Gand, ville industrielle dans un désert campagnard, que naquit en 1885 le premier parti socialiste, même si plus tard ce fut la Wallonie industrielle qui détermina en grande partie la politique de la social-démocratie belge. Une autre conséquence du développement inégal fut l’extraordinaire essor du capital financier qui allait dominer, pour la première fois, un État européen: la Belgique devint un pays impérialiste, exportateur de capitaux dont les intérêts allaient de la Russie à la Chine et du Congo au Brésil. Le pouvoir de ce capital, incarné par les holdings, parmi lesquels la tristement célèbre Société Générale de Belgique, aura plus tard des résultats désastreux pour l’économie wallonne et pour la Belgique en tant que nation: elle divisera profondément les communautés flamande et wallonne suite à la grande grève de l’hiver 1960-61 à laquelle Mandel participa activement.

Réformes de structures anticapitalistes et fédéralisme

Vers la fin des années 1950 les holdings belges « lâchèrent » l’industrie wallonne. Devant ce danger de désindustrialisation et du chômage consécutif, le mouvement syndical socialiste, sous la direction du Wallon André Renard, ancien résistant aux tendances anarcho-syndicalistes, appelait à des « réformes de structure » pour sauver sa région. Mandel travaillait alors dans le bureau d’étude du syndicat FGTB qui étudia la question des réformes. Lui-même préconisait au sein de la tendance de gauche du Parti socialiste belge (PSB) qu’il animait, des réformes, non pas de la structure capitaliste de l’économie, mais des réformes anticapitalistes liées à une lutte pour la fédéralisation de la Belgique. C’était une tâche difficile, le groupe trotskiste, peu développé, opérant secrètement au sein de la social-démocratie ; de plus la tendance de gauche du PSB était centriste et nullement révolutionnaire. Le bilan de cet entrisme n’a jamais été tiré, et il n’y a pas lieu de le faire ici. Des courants dogmatiques et sectaires ont accusé Mandel de défendre alors des réformes structurelles capitalistes et de trahir ainsi une possible révolution socialiste belge. Ce faisant, ils ont non seulement surestimé grandement les possibilités révolutionnaires de la grande grève, mais encore, ils ont attribué à Mandel un rôle que celui-ci n’a jamais tenu et ne pouvait tenir. Nous avons ajouté au recueil quelques articles qui éclairent plus objectivement la situation dans laquelle la poignée de trotskistes belges durent militer: un commentaire d’anciens camarades de Mandel dans la grande grève ainsi qu’une histoire sommaire du mouvement trotskiste Belge, écrit par Rik Deconinck, historien attaché au musée du mouvement socialiste belge AMSAB à Gand.

Fédéralisme socialiste ou fédéralisme capitaliste ?

Le fédéralisme envisagé par Mandel devait être un fédéralisme imposé par le mouvement ouvrier par la lutte anticapitaliste, cela dans la tradition du « programme de transition », stratégie développée par Trotski en 1938 à la fondation de la Quatrième Internationale. Il devait sauver l’industrie wallonne en donnant à une Wallonie fédérale, à majorité socialiste, ses propres moyens politiques pour diriger l’économie, et en permettant à la Flandre de se développer sur le plan industriel. Cette stratégie posait évidemment de nombreux problèmes. Quel gouvernement wallon serait en mesure de réaliser un tel programme ? Un gouvernement social-démocrate sous la pression des masses ouvrières ? Un gouvernement ouvrier prônant une politique anticapitaliste dans la perspective d’une prise de pouvoir ? Comment avancer vers ce but ? Quid de la question du parti révolutionnaire ? Et que faire en Flandre où les travailleurs de culture catholique étaient majoritaires? Mais avant de pouvoir répondre à ces questions il fallait bien commencer. La question centrale était la construction d’un mouvement politique, à la gauche du centrisme, pour entraîner le mouvement ouvrier vers la contestation du régime bourgeois unitaire. C’est dans cette perspective que Mandel fonda, après son exclusion du PSB en 1964, une « Confédération socialiste des travailleurs » composée d’une aile wallonne, d’une aile flamande et d’une aile bruxelloise. La vie de la CST fut de courte durée. Ce fut alors le retour d’une organisation trotskiste « unitaire », la « Ligue Révolutionnaire des Travailleurs », devenue ensuite « Parti Ouvrier Socialiste » et aujourd’hui « Ligue Communiste Révolutionnaire » (les Flamands préférèrent de garder le sigle POS, en flamand SAP). Cette organisation n’a pas pu rivaliser avec le développement du Parti du Travail Belge d’origine maoïste, aujourd’hui l’organisation principale de la gauche radicale.

La grève générale de l’hiver 1960-61

La grande grève de 1960-61 ne fut ni une victoire ni une défaite. Mais son déroulement des deux côtés de la frontière linguistique a eu des conséquences qui définissent la Belgique contemporaine: un État fédéral mais toujours bourgeois, dominé par des politiques néolibérales, politiques partagées aussi bien par les socialistes wallons et flamands, que par les démocrates- chrétiens et les nationalistes flamands, tandis que le mouvement ouvrier reste sur la défensive.

La grève fut quasi totale en Wallonie, mais partielle en Flandre après que l’épiscopat avait appelé les travailleurs chrétiens à l’abstention. Les travailleurs wallons se demandèrent alors s’il fallait attendre que la conscience de classe de leurs camarades flamands égale la leur (ce qui pouvait prendre des années), ou s’il fallait dès aujourd’hui se lancer, sans se soucier de la Flandre, dans la lutte pour une Wallonie autonome. Ils choisirent la deuxième option ce qui donna naissance au « Mouvement Populaire Wallon », un mouvement national de type prolétarien. Mandel appela les militants de la gauche radicale à participer à ce mouvement, qu’il ne considérait pas comme révolutionnaire, parce que c’était le seul mouvement d’avant-garde qui, en dépit de ses défauts, pouvait conduire le mouvement ouvrier à l’action anticapitaliste. Il combattit les dérives chauvines du MPW, tout en notant que s’abstenir d’y participer au nom de la pureté révolutionnaire, c’était le donner en pâture au réformisme et au nationalisme. Ennemi de tout sectarisme et bon disciple de Lénine, Mandel rappelle que le révolutionnaire russe condamnait ceux qui invoquaient une telle orthodoxie : « Quiconque attend une révolution sociale ‘pure’ ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution ».3

La démocratie et le socialisme comme rêve positif

Dans son approche de la question nationale en Belgique Mandel affiche une attitude des plus démocratiques. Il rejette l’idée nationaliste flamande qui considérait (et considère toujours) Bruxelles comme une ville flamande, bien que la grande majorité y soit aujourd’hui francophone. On ne peut imposer à la population de devenir flamande et de parler le néerlandais. Au slogan nationaliste « Bruxelles où les flamands sont chez eux » il opposa « Bruxelles, ville hospitalière », non seulement pour le Flamands, mais pour tout le monde. En revanche, il défendit en 1968 la « flamandisation » de l’Université Catholique de Louvain alors bilingue, ce que certains ont considéré comme une forme de « purification ethnique ». Le maintien de ce bilinguisme universitaire était imposé par l’épiscopat sans aucune consultation des étudiants ou du corps enseignant, tandis que le transfert de la partie francophone en Wallonie offrait plus de possibilités d’accès à l’enseignement universitaire à la population wallonne. C’était même une promesse faite par le dirigeant syndical André Renard, qui n’était nullement chrétien.

Plus insolite, un article sur l’aménagement du territoire wallon et le développement urbain sous un régime socialiste, montre un Mandel qui, se méfiant du « socialisme de caserne », défend l’idée que le futur socialiste doit être beau et attrayant.

Quelle unité du mouvement ouvrier?

La Belgique actuelle, en pleine crise institutionnelle, est un État fédéral, dominé par le capital, qui peut même devenir demain, si le parti nationaliste flamand NV-A de Bart De Wever parvient à l’imposer, un État confédéral. Déjà le pays n’a plus de ministère fédéral de la culture et de l’éducation. Chaque région décide souverainement sur ce qu’on appelle les « matières personnelles ». La Wallonie et la Flandre ont le droit, chacune de leur côté, de signer des accords culturels avec d’autres États. Les syndicats ouvriers, aussi bien chrétiens que socialistes, sont divisés par la frontière linguistique. La communautarisation culturelle, avancée dans le mouvement ouvrier d’avant-guerre par Otto Bauer, a divisé le mouvement ouvrier.4 Ainsi, le mouvement que la section belge de la Quatrième Internationale a construit dans les années 1970 dans le syndicat enseignant socialiste pour promouvoir un syndicalisme démocratique de lutte de classe, et qui liait les villes d’Anvers, de Gand, de Liège, de Bruxelles et de Mons, a été détruit par la régionalisation du syndicat FGTB. La Flandre et la Wallonie deviennent des régions qui se connaissent de moins en moins. Les télévisions francophones ne nous apprennent peu ou rien sur ce qui se passe en Flandre et vice-versa. Seuls des mouvements contre les politiques libérales, comme celui de décembre 2014, parviennent à unifier sporadiquement les travailleurs Flamands et Wallons, chrétiens et socialistes.

L’unité du mouvement ouvrier en Belgique est une nécessité absolue, non pour promouvoir une Belgique capitaliste et monarchique ou même seulement unitaire, mais pour se défendre contre les attaques néolibérales qui profitent de la division du pays pour manipuler et insuffler des réactions nationalistes comme en Flandre, tandis qu’en Wallonie le Parti Socialiste invoque l’unité belge au nom de la défense de la sécurité sociale unitaire, mais poursuit en réalité une politique d’austérité aux dépens des acquis des travailleurs.

La question d’une riposte unitaire des deux communautés, sans pour autant revendiquer une « défédéralisation », car il n’y a pas de retour en arrière sur cette question, est aujourd’hui le problème crucial du mouvement ouvrier en Belgique.

Mais de quelle unité s’agit-il et pourquoi faire ? Répondre comme le fait le Parti du Travail Belge, le parti le plus important de la gauche radicale en Belgique, en déclarant que la question nationale ne sert qu’à diviser la classe ouvrière de (et non en) Belgique et en se prononçant pour une Belgique néo-unitaire, est simpliste et néglige les aspects de nature idéologique aux profonds impacts sur le peuple travailleur, telle la vieille rancune des Flamands envers l’oppression de jadis dont la minorité francophone porte la responsabilité, ou encore l’incompréhension de la grande majorité des francophones vis-à-vis du mouvement flamand dans l’histoire du pays. Ce serait revenir à la case départ. « La tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants » a remarqué Marx. Je crois qu’il faut admettre aujourd’hui qu’une nation se forme en Flandre, c’est-à-dire le sentiment que, au-delà des classes sociales, les gens ont la conviction d’appartenir à une communauté organique, sentiment renforcé par cette rancune latente envers tout ce que la Belgique anti-flamande a imposé durant plus d’un siècle, ainsi que par la démagogie des partis nationalistes. On peut le déplorer, mais il faut répondre à cette situation en imposant une ligne politique concrète, et non pas en se contentant de vaines incantations sur la solidarité prolétarienne ou sur l’unité belge. La disparition du mouvement national Wallon, dont la base était prolétaire, complique les choses. La Wallonie actuelle vit sous la houlette d’une social-démocratie devenue purement social-libérale et belgiciste, même si, ci et là, des syndicalistes s’interrogent sur l’opportunité de se détacher politiquement du PS social-libéral. Le mouvement socialiste flamand a fortement régressé et vit toujours dans l’illusion que son union unitariste et belgiciste avec la gauche wallonne peut servir de rempart à la droitisation de la Flandre. Le contraire est sans doute vrai. La gauche radicale flamande doit formuler une réponse politique à ces problèmes nés de la question des nationalités en Belgique. Cette absolue nécessité ne sera pas une tâche aisée, si on tient compte de ses forces restreintes. Ce n’est que récemment, et encore avec beaucoup de retenue, que la gauche radicale a rejeté le caractère monarchique de l’État, alors même que l’extrême droite se prononce franchement pour une république. On laisse ainsi une revendication juste entre les mains d’une droite des plus dangereuses. Prétendre qu’on s’occupera plus tard de cette question, une fois le capital belge vaincu, fait preuve d’une attitude ouvriériste qui esquive un problème politique parti intégrante de la Belgique institutionnelle. La gauche en Belgique, tout comme le mouvement ouvrier chrétien, a des racines matérielles et idéologiques profondes dans la Belgique unitaire, bourgeoise et monarchique. Il n’est pas facile de s’en détacher.

La Belgique d’aujourd’hui n’est, bien entendu, pas celle d’Ernest Mandel, mais l’approche méthodique de ce Belge, Flamand polyglotte, internationaliste et marxiste, approche dans laquelle la lutte de classe, les droits des nations à disposer d’elles-mêmes et la démocratie sociale forment une unité dialectique, demeure toujours valable. J’espère que ce livre apportera quelques éléments pour entamer une discussion féconde au sein de la gauche radicale sur la question de l’existence future de la Belgique et de son mouvement ouvrier.

Ernest Mandel - Nationalité et lutte de classe en Belgique 1958 - 1973

Hendrik Patroons

1. La définition du Larousse, « un nationaliste flamand », est trop restrictive et reflète un chauvinisme anti-flamand ; tous les flamingants n’étaient pas des nationalistes.

2. Une édition en langue néerlandaise a précédé l’édition française sous le titre : Ernest Mandel, Nationaliteit en Klassenstrijd in België 1958-1972, IIRE/UEM, Amsterdam 2014.

3. Lénine (V.I.), Bilan d’une discussion sur le droit des nations, Œuvres T. 22, 1960, p. 383. Sur la même page nous lisons: « Croire que la révolution sociale soit concevable (…) sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc. – c’est répudier la révolution sociale. » Les gauchistes qui invoquent à tue- tête le « léninisme» pour fustiger aujourd’hui les révolutions arabes et autres révoltes feraient bien de consulter cet article.

4. Otto Bauer (1881-1938), austro-marxiste au sein de l’Empire des Habsbourg qui contenait un grands nombre de nationalités, est l’auteur en 1907 de Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie (La question des nationalités et la social-démocratie).

© IIRE 2017
The IIRE is an international foundation,
recognised in Belgium as an
international scientific association
by Royal decree of 11th June 1981.

Address
IIRE
Lombokstraat 40
1094 AL AMSTERDAM
The Netherlands

Contact
T: 31 20 671 7263
F: 31 20 673 21 06
Email: iire @ iire.org